Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Air et Vie Air et Vie

Un chantier pour se reconstruire

Cinq mineurs de l’établissement de placement éducatif et d’insertion de Strasbourg (1) construisent bénévolement un boulodrome pour les pensionnaires du futur centre de vacances Air et Vie. Un projet que ces jeunes en rupture sociale, familiale ou scolaire ont élaboré avec leur éducateur et "enfant de Marmoutier", Jean-Robert Wilt et dont ils sont fiers.

DNA -Edition de Saverne - Secteur de Marmoutier - par Guillaume Erckert, publiée le 01/06/2014

Marmoutier : Domaine Air et Vie, Un chantier pour se reconstruire

De l’huile de coude, de la bonne humeur et quelques blagues. Dans un petit brouhaha de rires et de jurons, cachée derrière les arbres, à deux pas du chantier de rénovation des bâtiments du domaine Air et Vie de Marmoutier, une petite bande de quatre besogneux creuse un large et profond sillon dans l’herbe humide. « On aurait pu utiliser la pelleteuse là-bas et tout serait fini en une heure. Mais ils ont préféré creuser à la pelle », assure Jean-Robert Wilt, éducateur dans l’établissement de placement éducatif et d’insertion de Strasbourg, en pointant de la tête ledit engin de chantier garé non loin.

« Aider les gens et leur faire plaisir »

Le boulodrome réalisé par Georges, Inzde, Pépito et leur éducateur Jean-Robert Wilt comprend un maximum de matériaux de récupération. PHOTO DNA – Guillaume ERCKERT

 

« Ils », se sont Inzde, Georges et Pépito (2 ), trois jeunes âgés de 15 à 17 ans placés dans ce foyer pour jeunes mineurs délinquants ou en danger par le juge des enfants. Trois adolescents au parcours de vie « en zigzag », comme aime à le répéter Georges, lui qui alterne les placements en familles d’accueil et en foyer depuis son plus jeune âge. Des gamins en décalage avec les normes sociales, bien souvent livrés à eux-mêmes durant l’enfance, et aujourd’hui rattrapés par la justice pour « des conneries » qu’ils assument et qu’ils jurent de concert ne plus répéter à l’avenir.

En quête de rédemption, les trois affables copains ont provisoirement trouvé leur salut avec le chantier de construction d’un boulodrome qu’ils mènent bénévolement depuis une dizaine de jours au domaine Air et Vie. Ce projet comprenant un grand terrain de pétanque de 15 m sur 5 m, une allée accessible aux personnes à mobilité réduite, des bancs, et un mur de soutènement en pierre, ils l’ont échafaudé depuis deux mois sous l’impulsion de leur éducateur. « Je leur ai proposé de venir ici pour les sortir, voir Marmoutier autrement et s’investir dans un chantier citoyen », sourit Jean-Robert Wilt, enfant de la commune et joueur de basket confirmé au Wosb, qui n’hésite pas à sortir le bleu de chauffe pour aider les jeunes à creuser.

L’initiative les enchante. « On a tout de suite accepté parce que cela permet d’aider les gens et de leur faire plaisir », se réjouit Pépito, emmailloté dans un jogging bleu et un tee-shirt noir. « C’est toujours mieux que de ne rien faire. Et puis, si on n’était pas là, il n’y aurait pas de terrain de pétanque », s’enorgueillit Georges, entre deux coups de pelle.

Alors tous les trois y mettent du cœur à l’ouvrage, convaincus que les futurs « vacanciers s’amuseront » sur leur ouvrage quand celui-ci sera terminé, probablement durant l’été, et que cette expérience leur servira plus tard. « Ce chantier donne goût au travail, relève Inzde. On apprend des choses, on apprend à se servir des outils. »

Investis positivement dans leur mission – comme ils peuvent l’être par ailleurs pour la Banque alimentaire ou Emmaüs, deux structures pour lesquelles ils effectuent bénévolement des tâches –, Inzde, Pépito, Georges et leurs deux copains du foyer exceptionnellement absents du chantier ce vendredi, travaillent pour remettre du « rythme dans leur quotidien » et préparer leur insertion sociale, précise Jean-Robert Wilt. Le but étant de leur inculquer des valeurs pour les remettre dans le droit chemin.

« Et peut-être qu’un jour, quand nous aurons un travail et une femme, nous reviendrons ici avec nos familles jouer aux boules sur le terrain que l’on a construit », se projette Inzde. Autour de la plaque portant leur nom, qui sera installée sur le boulodrome en hommage aux cinq bâtisseurs, le garçon de 17 ans évoquera sans doute auprès de ses proches ce labeur bénévole et citoyen, sans omettre de rappeler la bonne ambiance qui régnait sur le chantier.

(1) L’établissement de placement éducatif et d’insertion de Strasbourg est un foyer pour mineurs (14 à 18 ans) en grandes difficultés sociales, familiales ou scolaires. Il accueille 10 jeunes filles et garçons de tout le Grand Est de la France. Ce foyer d’hébergement collectif comprend des unités éducatives d’activités de jour (UEAJ) chargées de mettre en œuvre des activités scolaires, professionnelles, culturelles ou sportives adaptées à ces jeunes en attente d’une décision judiciaire ou déjà condamnés.

(2) Noms d’emprunt que les jeunses se sont donnés.

 

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more